• Autopsie d'un pantalon masculin (2/5)

    4 - La ceinture

      4 - a) Passants de ceinture

       Au nombre de 6 (2 devant, 4 derrière), leur partie supérieure est cousue, rempliée, sur la ceinture déjà assemblée.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Leur extrémité inférieure est assemblée aux jambes par un point de bourdon, environ 3mm sous la ligne de montage de la ceinture.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Déplié, le passant fait 7 x 3cm, ses grands bords sont repliés deux fois sur un morceau de toile d'épaisseur moyenne de 7 x 1,5cm. Les plis accolés sont ensuite surfilés en prenant à chaque fois le cœur de la pièce dans la couture.

      4 - b) Allonge de ceinture

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)
     La parementure d'allonge de ceinture
    est piquée sur la hausse de ceinture (piqûre invisible à l'extérieur).
     

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

      Un ruban thermocollant pour ceinture de 4cm a été collé sur l'envers des 2 parties de l'allonge (et donc aussi sur le reste de la ceinture). Les surplus de couture sont laissés à environ 1,2cm, à l'exception de l'extrémité où elles sont réduites à 0,2-0,4cm afin d'obtenir une allonge aux coins plats et nets lorsque celle-ci sera retournée après que ses coutures ont été ouvertes. 

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

      Après démontage de la ceinture et de sa hausse, reste la parementure d'allonge assemblée à la parementure de pont.

      4 - c) Hausse de ceinture

          4 - c) - α) Assemblage aux jambes et à la ceinture

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

      Le grand pan libre de la hausse de ceinture recouvre un pan moins long que l'on ne voit pas au premier abord. Ce dernier est maintenu aux doublures de cuisse et de poches par un surjet, et le grand pan est fixé  aux surplus de couture du côté et du dos du pantalon par quelques points isolés.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)


       Au milieu dos, les parties droite et gauche de la ceinture sont assemblées en laissant une valeur conséquente de surplus (plus de 2cm), la même qu'en haut du dos du pantalon : cette relarge est laissée pour le cas où un élargissement de la ceinture serait nécessaire. L'extrémité de la relarge de hausse de ceinture est maintenue pliée à 45° par un point afin de demeurer invisible lorsqu'on regarde à l'intérieur du pantalon.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)Ceinture dépliée

        4 - c) - β) Construction de la hausse de ceinture

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

      La hausse est fixée en sandwich (endroit : coton remplié, envers : toile raide) autour du surplus supérieur de la ceinture par un unique point zigzag.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Sur l'endroit : La partie supérieure en doublure a été rempliée de façon à cacher l'unique couture d'assemblage des 5 pièces de tissu qui constituent la hausse, et à montrer le passepoil de satin taupe.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Sur l'envers : le pan court (celui qui est surfilé avec les doublures de poches, si vous avez bien suivi :) ) est un morceau de doublure plié en deux (largeur terminée : 3,5cm, dont surplus : 0,5cm). Il est apposé sur le pan long, qui est également un morceau de doublure plié en deux (largeur terminée : 5cm, dont surplus : 1cm). La partie inférieure d'un morceau de toile raide coupé dans le biais (largeur : 7cm) est insérée dans ce repli. Cette toile sert à donner de la tenue à la ceinture.

    À suivre...


  • Commentaires

    1
    frederique-etc
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 13:04
    frederique-etc

    Je suis pantoise (j'aime bien)  ! il est archi compliqué ce pantalon ! j'en reviens pas de ta patience !!!

    et tu vas le remonter ? (ahahaha)

    J'adore coudre , mais j'aime bien quand c'est rapide, alors toutes ces pièces, pfffffff, pas possible !

     

    2
    Mercredi 1er Octobre 2014 à 14:55

    Je m'attendais à du technique en commençant la boucherie, et j'avoue que le coup de la hausse de ceinture en 5 parties m'a tout de même laissée les bras ballants...

    J'ai aussi pensé que ce serait un bon exercice de remonter le pantalon dans la foulée, mais :
    1- je n'ai pas le temps
    2- j'ai découpé certaines pièces
    3- je ne prépare pas une formation de moine bouddhiste
    Alors tant pis !

    3
    Samedi 4 Octobre 2014 à 20:55
    Maritrez

    Je crois qu'à cette étape du démontage, il faudrait que tu rassures l'homme de la maison sur une éventuelle suite autopsiaque sur son corps à lui.

    Parce que tant de précision dans le détail, ça fait peur.

    Et parce qu'on se demande toutes aussi comment c'est fait, vraiment, un mec...

    4
    Lundi 6 Octobre 2014 à 09:21

    Bizarrement, le monsieur a manifesté davantage de signes d'inquiétude le jour où il a vu traîner une paire de gants de fouille que lorsqu'il m'aperçoit faire des "couip-couip" et des "clic-clac" au-dessus de divers lambeaux de tissus. Remarque, c'est mieux qu'il ne se doute de rien et n'ait pas peur, la viande n'en sera que meilleure.
    Amitiés,
    Dr Lecter.

    5
    Lundi 6 Octobre 2014 à 10:33
    Maritrez

    Tu me rassures, j'adore la viande,

    Annie Balle

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :